Depuis le début des combats, le 268eRI se bat courageusement avec des pertes énormes. Le 21 octobre, le moment est critique ! L'etat major allemand a décidé de prendre Ypres et de gagner la mer, les colonnes ennemies débouchent en masses profondes. L'état major français veut bloquer l'avancée allemande en Belgique, en envoyant des régiments. La 17eme Division dont fait partie le 268eRI est envoyée sur place. Le 23 octobre, le régiment arrive à Ypres. Différents combats eurent lieu autour de cette ville : le 24, le 25, le 31 octobre.

La guerre commence à s'enliser, chaque camp creuse des tranchées, la guerre de position peut commencer.

En étudiant le journal de marche du 268eRI sur le site "Memoire des hommes", il est probable que Denis et son détachement soient arrivés sur le front au sein du 268eRI le 4 décembre. A aucune autres dates entre le 1er novembre (date du départ de Denis) et le 4 décembre, le régiment a reçu un renfort d'hommes.

Voici ce que rapporte le journal de marche de l'unité : 

"4 décembre 1914,

Les deux bataillons du 268e relevés par 2 bataillons du 114e vont cantonner à Vlamerlinghe. le 5eme bataillon arrive à 4 heures, le 6eme vers 5h. A 13h30 revue du régiment par le général commandant le 9eme C.A à l'issue de laquelle la croix de chevalier de la légion d'honneur est remise au Commandant Guénée du 5eme Bataillon et la médaille militaire au soldat Clercy de la 20eme Compagnie. Le régiment reçoit un renfort comprenant 1 officier le lieutenant Galloo qui prend le commandement de la 24eme Compagnie, 1 sergent major, 1 sergent fourrier, 10 sergents, 17 caporaux et 323 hommes appartenant à la Réserve de l'armée d'active et de l'Armée Territoriale. Ce renfort remet les Compagnies à un effectif moyen de 194 hommes."

Je tiens à rappeler que Denis est passé dans l'armée territoriale, mais il rejoint finalement le 268eRI de réserve pour combler les pertes, ça ne peut donc être qu'à cette date qu'il soit arrivé au front. Denis sera donc versé au 6eme Bataillon. 

Ce même 4 décembre, il aurait retrouver ses frères ? Pierre est au 5eme Bataillon et Louis au 6eme à la 21e Compagnie. Comment ce sont passés les retrouvailles ? Quels ont été leur principal sujet de conversation ? Comment ont-ils réagis en se revoyant après 5 mois de séparation ? Cependant, il manque Baptiste, le plus jeune des frères SOUCHAUD, on apprendra que ce dernier a été bléssé dans la journée du  6 novembre 1914.