Le 1er Février, Denis et son régiment sont relevés par le 290eRI. Les hommes du 268eRI se réjouissent de revenir dans les cantonnements au repos. Cependant, cette relève ne se passe pas dans de bonnes conditions...

1 février 1915 :

"L'artillerie ennemie qui s'était un peu ralentie est de nouveau entrée en action et nous a causé des pertes pendant la journée. La fusillade allemande a été particulièrement active également.

A 22h00, le 290eRI est arrivé pour relever le 268e. A ce moment, les allemands éxécutaient des tirs inintérrompus sur nos tranchées, l'artillerie allemande canonnait également. Afin de faire cesser cette fusillade à laquelle nous ne répondions pas en vue de la relève, l'artillerie fut invitée à tirer. Son tir eut une grande efficacité. Les obus tombèrent en grande partie sur les tranchées allemandes et la fusillade cessa sur une grande partie du front. Malgré cela elle fut encore assez intense et toutes les précautions prisent pour éviter des pertes pendant la relève n'empéchèrent pas plusieurs hommes d'être bléssés. 

Le terrain où les bataillons étaient obligés de passer était sillonné par de nombreuses balles. Quatre soldats furent bléssés en traversant le Thalweg du Haanebeke où les balles passent en grand nombre. Le 290e a relevé le 268e compagnie pour compagnie. La relève était terminée vers minuit 45"

 

Peut-être était-ce la première fois que mon arriere arriere grand père était la cible personnelle d'un soldat allemand ? Tout ce que je sais, c'est qu'il n'a pas été bléssé durant la relève, il n'est pas dans la liste des pertes. 

Pendant cette journée, le 268e a 2 morts et 20 bléssés. 

 

218221_498812963479863_1656821256_o