" 28 Avril 1915

L'attaque est reprise dans la journée du 28 en vue d'atteindre le but fixé par l'ordre du 27.

Le lieutenant Colonel Mariani commandant le régiment, ayant trouvé dans son poste même, établi face à la maison du collège à 400 mètres des lignes allemandes, un poste d'observation dangereux mais excelent, demande que l'artillerie y envoi des observateurs. On établit de nombreuses liaisons téléphoniques.

Les officiers du 32e et du 49e d'artillerie vinrent régler leur tir dans la matinée, sur les tranchées allemandes à attaquer. De 14h30 à 15h un tir d'éfficacité fut exécuté sur ces tranchées et les compagnies Liniez et Lefranc chargèrent en même temps que deux compagnies du 290e sur les tranchées ennemies. Cette charge permit à la compagnie Lefranc et aux compagnies du 290e d'atteindre la tranchées allemande et de s'en emparer sur une longueur de 200 mètres à gauche de la maison du collège, mais en face de cette maison, les tranchées allemande très fortement établies, appuyées sur la droite par des tirs fauchants de mitrailleuses n'avaient pas été suffisament atteintes par notre artillerie.

Aussi lorsque que le sous-lieutenant Métivier et le sergent Michelet qui entrainaient à droite une section de la 17e compagnie suivis du sous-lieutenant Dubreuil et de l'adjudant Sourdeau qui entrainaient la section suivante, furent parvenus à 60 mètres en avant, les allemands déchainèrent un feu terrible de mitrailleuses et d'infanterie de front.

En quelques instants, le sous-lieutenant Dubreuil et 50 hommes tombèrent. Le sous-lieutenant Métivier, le sergent Lafa et quelques hommes parviennent jusqu'à la tranchée allemande. Un corps à corps s'engagea au cours duquel le sous-lieutenant Métivier fut percé de deux coups de baïonnette, frappé d'un coup de sabre et percé d'une balle.

Tous furent tués, sauf le sergent Lafa qui revint la nuit, trois doigts emportés par une balle. Dans la partie de tranchées emportée ce jour, nous prîmes une mitrailleuse et 130 prisonniers. 

La compagnie Lefranc établit pendant la nuit un flanquement qui réunit l'extrémité droite de notre conquête aux tranchées de la route."

La liste des pertes du 268e est longue, il y a 29 tués, 81 bléssés et 12 disparus. En résumé, le régiment a 122 pertes. Deuxième journée de violences extrêmes terminée pour mon aïeul.